BCE annonce ses résultats du troisième trimestre de 2012

1 novembre 2012

  • Augmentation du BAIIA(1) de Bell de 5,2 %, reflétant les solides contributions des Services sans fil de Bell et de Bell Média
  • Dans le secteur des Services sans fil, activations nettes de services postpayés de 148 502, en hausse de 17,1 %; croissance de 15,2 % du BAIIA des Services sans fil, ce qui représente le meilleur rendement des cinq derniers exercices pour un T3; les utilisateurs de téléphones intelligents comptent maintenant pour 60 % de la clientèle des services postpayés, ce qui a généré une augmentation de 4,2 % du PMU des services sans fil et une croissance des produits tirés des services de données de 29,5 %
  • Activations nettes du service Bell Télé Fibe de 42 973, la zone de couverture du service Télé Fibe s'étendant à plus de 2,8 millions de foyers; activations nettes d'abonnés des services Internet haute vitesse s'établissant à 13 416 et amélioration de 11,3 % d'un exercice à l'autre au chapitre des pertes d'abonnés des services d'accès local au réseau résidentiels
  • Hausse des produits des activités ordinaires de Bell Média de 25,5 % et du BAIIA de 92,6 %
  • Marge du BAIIA des Services sur fil de 39,0 %, soutenue par une réduction des coûts opérationnels de 40 millions $ d'un exercice à l'autre
  • Bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires de BCE de 569 millions $, ou 0,74 $ par action; bénéfice net par action ajusté(2) de 0,76 $ conformément au plan
  • Reconfirmation de tous les objectifs de l'orientation financière de BCE et de Bell Canada pour 2012

Ce communiqué de presse contient des déclarations prospectives. Pour une description des facteurs de risque et des hypothèses connexes, veuillez consulter la section intitulée « Mise en garde concernant les déclarations prospectives » plus loin dans le communiqué.

MONTRÉAL, le 1er nov. 2012 /CNW Telbec/ - BCE Inc. (TSX: BCE) (NYSE: BCE), la plus grande entreprise de communications du Canada, a présenté aujourd'hui les résultats de BCE et de Bell pour le troisième trimestre (T3) de 2012.

BCE a présenté un bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires de 569 millions $, par rapport à 642 millions $ au T3 2011, et un bénéfice net ajusté attribuable aux actionnaires ordinaires de 588 millions $, comparativement à 724 millions $ à l'exercice précédent. Conformément au plan, le bénéfice par action (BPA) de 0,74 $ et le BPA ajusté de 0,76 $ ont diminué au troisième trimestre de 2012, comparativement à 0,83 $ et à 0,93 $ par action au T3 2011. La diminution d'un exercice à l'autre est principalement imputable au fait que la charge d'impôt sur le résultat avait été moindre au T3 2011 par suite du règlement favorable de questions fiscales.

Le total des produits des activités ordinaires de Bell a augmenté de 1,8 % au troisième trimestre de 2012, la croissance des produits tirés des Services sans fil de Bell et de Bell Média, de 7,1 % et de 25,5 %, respectivement, ayant été ralentie par la diminution de 4,0 % dans les Services sur fil de Bell. Le BAIIA de Bell a enregistré une progression de 5,2 % au T3 grâce à une croissance de 15,2 % dans les Services sans fil de Bell et de 92,6 % chez Bell Média, en partie contrebalancée par la diminution de 6,2 % dans les Services sur fil de Bell. La performance opérationnelle de Bell au cours du trimestre a généré des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles de 1 589 millions $ ainsi que des flux de trésorerie disponibles(3) importants de 684 millions $. Depuis le début de l'exercice, les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles ont augmenté de 16,3 %, totalisant 4 689 millions $, et les flux de trésorerie disponibles ont totalisé 1 815 millions $, une augmentation de 7,0 % par rapport à l'exercice précédent.

« Bell investit comme nulle autre entreprise dans ce qui se fait de mieux en matière de nouveaux réseaux, de produits et de contenu, et cette stratégie donne des résultats qui se manifestent par une solide croissance de nos activités dans les services sans fil, de télé et Internet et dans les médias. La forte croissance du BAIIA de Bell, de 5,2 %, découle principalement de la performance remarquable des Services sans fil de Bell et de Bell Média, ces deux secteurs affichant des produits et une croissance du BAIIA exceptionnellement élevés », affirme George Cope, président et chef de la direction de BCE et de Bell Canada.

« Bell accroît la concurrence et propose des choix aux consommateurs avec notre réseau Fibe de prochaine génération, qui couvre maintenant 200 000 abonnés du service Télé Fibe et soutient à la fois la forte croissance de la clientèle d'abonnés à Bell Internet et nos services traditionnels Bell Téléphonie, de plus en plus d'abonnés choisissant plusieurs services de Bell dans la zone de couverture de notre service de télé IP, qui s'étend désormais à plus de 2,8 millions de foyers. Grâce au nouveau réseau mobile LTE de Bell, ainsi qu'à des téléphones intelligents parmi les plus évolués au monde et à des services de contenu comme Télé mobile de Bell, nous avons recruté 148 502 nouveaux abonnés nets des services postpayés - 17,1 % de plus qu'à l'exercice précédent - nous avons réduit le taux de désabonnement et nous avons réalisé une vigoureuse croissance des produits tirés des services de données sans fil ainsi que des produits totaux. »

« Nous déployons actuellement une stratégie d'investissement visant à assurer la prépondérance de nos réseaux et axée sur l'innovation de produits et l'amélioration du service à la clientèle, et je suis fier d'affirmer que, grâce aux efforts de l'équipe de Bell, notre position concurrentielle est enviable dans tous nos marchés », soutient M. Cope. Bell concentre ses efforts sur un objectif clair, celui d'être reconnue par les clients comme la plus grande entreprise de communications du Canada, qu'elle compte atteindre grâce à l'exécution de six impératifs stratégiques : investir dans les réseaux et les services large bande, accélérer le sans-fil, tirer meilleur parti du sur-fil, accroître notre leadership dans les médias, améliorer le service à la clientèle et établir une structure de coûts concurrentielle.

« Nous avons bien fait dans l'ensemble de nos activités au T3, continuant d'enregistrer de solides résultats trimestriels au chapitre de la croissance du BAIIA et de l'expansion de la marge, grâce aux résultats exceptionnels des services sans fil et des médias ainsi qu'au bénéfice net substantiel et aux flux de trésorerie disponibles fidèles à notre plan. Notre plan financier pour 2012 demeure sur la bonne voie, car nous reconfirmons aujourd'hui tous nos objectifs de l'orientation de Bell et de BCE pour l'exercice, affirme Siim Vanaselja, chef des affaires financières de Bell et de BCE. Comme nous continuons de générer des flux de trésorerie élevés, lesquels ont progressé de 7 % depuis le début de l'exercice par rapport à l'exercice précédent, nous avons non seulement pu faire des investissements stratégiques importants dans les plateformes sur fil et sans fil à large bande de Bell, mais nous disposons également d'une assise financière confortable en vue de la récente majoration annualisée de 10 cents du dividende sur les actions ordinaires de BCE, qui s'appliquera au paiement du dividende du 15 octobre. »

Performance opérationnelle de Bell au T3
Les produits opérationnels de Bell se sont établis à 4 392 millions $ au T3 2012, en hausse de 1,8 % comparativement à 4 313 millions $ au T3 2011. Ce résultat découle d'une croissance des produits tirés des services totalisant 2,1 %, les produits tirés des Services sans fil et de Bell Média ayant augmenté considérablement par rapport à l'exercice précédent. Le total des produits opérationnels tirés des produits a diminué de 1,1 %, ce qui reflète le recul des ventes d'équipements de données sur fil aux clients d'affaires. Le BAIIA de Bell a progressé de 5,2 % ce trimestre pour s'établir à 1 688 millions $ grâce à la solide performance des secteurs Services sans fil de Bell et Bell Média.

Le BAIIA des Services sans fil de Bell a progressé de 15,2 % au T3 2012 pour s'établir à 554 millions $, et la marge sur les services a augmenté pour s'établir à 42,4 %, contre 39,2 % à l'exercice précédent, ce qui reflète une plus forte croissance des produits tirés des services sans fil, de 7,1 %, à 1 434 millions $. En effet, nous avons continué de recruter des abonnés des services postpayés, générant une valeur élevée, et de faire passer nos abonnés actuels aux téléphones intelligents, tout en exerçant un contrôle sur les dépenses relatives à l'acquisition d'abonnés des services postpayés et à la fidélisation de la clientèle. Les activations nettes de services postpayés ont augmenté de 17,1 % pour atteindre 148 502, alors que le taux de désabonnement des services postpayés a connu une amélioration en s'établissant à 1,2 %, comparativement à 1,5 % au T3 2011, ce qui reflète les retombées bénéfiques de nos investissements dans le service à la clientèle et la fidélisation des abonnés. Les utilisateurs de téléphones intelligents représentaient 60 % du total des abonnés des services postpayés à la fin du T3, une hausse comparativement à 43 % à l'exercice précédent, ce qui a contribué à la forte croissance des produits tirés des services de données, de 29,5 %, et à la croissance du PMU combiné, de 4,2 %. Le PMU combiné s'est établi à 57,30 $ par mois au T3 2012, en hausse comparativement à 55,01 $ au T3 2011, en raison de l'accroissement du nombre d'abonnés dans l'Ouest canadien, de l'augmentation des produits tirés des services d'itinérance et de l'augmentation de la clientèle d'utilisateurs de téléphones intelligents profitant de services de transmission de données mobiles comme Télé mobile de Bell.

Les produits tirés des Services sur fil de Bell ont totalisé 2 505 millions $ ce trimestre, en baisse de 4,0 % par rapport au T3 2011, les pressions de la concurrence et du phénomène de substitution en faveur du sans-fil continuant de se faire sentir sur les services voix traditionnels. La réduction des dépenses des clients d'affaires pour des produits de données sur fil et des solutions de TIC, reflétant la faible croissance de l'économie, a également contribué à la diminution d'un exercice à l'autre des produits totaux tirés des services sur fil ce trimestre.

Le maintien d'une croissance soutenue dans les services Télé Fibe et Internet Fibe a stimulé la progression des produits tirés des services de données résidentiels, de 3,5 % au T3 2012. Le service Bell Télé Fibe a connu son meilleur trimestre jusqu'ici, avec 42 973 nouveaux abonnés nets, en hausse contre 20 297 au T3 2011. À la fin du troisième trimestre, le service Bell Télé Fibe comptait plus de 200 000 abonnés et la zone de couverture s'étendait à plus de 2,8 millions de foyers, en hausse contre approximativement 1,5 million de foyers à la fin du T3 2011. Les activations de nouveaux abonnés du service Fibe ont également mené à 13 416 nouvelles activations d'abonnés des services d'accès Internet haute vitesse ce trimestre. Bien que le BAIIA des Services sur fil de Bell ait diminué de 6,2 % ce trimestre pour s'établir à 978 millions $, les marges se sont maintenues à 39,0 %, conformément au plan, reflétant une amélioration de 40 millions $, ou 2,6 %, des coûts opérationnels par rapport à l'exercice précédent.

Bell Média a annoncé des produits des activités ordinaires de 546 millions $ au T3 2012, en hausse de 25,5 % par rapport à l'exercice précédent, en raison des produits accrus tirés de la publicité générés par la radiodiffusion des Jeux de Londres 2012 par Bell Média et du fait que les produits tirés des frais d'abonnement ont augmenté en raison des tarifs, établis en fonction du marché, imposés aux distributeurs de radiodiffusion par suite de la renégociation des ententes pour certains services de Bell Média spécialisés dans les sports ainsi que dans des domaines autres que les sports. Le BAIIA de Bell Média a augmenté de 92,6 % au T3 2012 pour s'établir à 156 millions $, ce qui reflète l'effet de la progression des produits tirés des frais d'abonnement et de la diminution des coûts opérationnels non liés aux Jeux olympiques. Malgré l'incidence positive sur les produits tirés des Jeux olympiques au cours du T3, les ventes de publicité dans les propriétés de Bell Média ont continué de subir les contrecoups d'un marché publicitaire moins dynamique.

Bell a investi 688 millions $ en nouveau capital ce trimestre, soit une augmentation de 36 millions $ par rapport au T3 2011. Ces investissements soutiennent la poursuite du déploiement de la fibre à large bande dans des domiciles, des quartiers et des entreprises en Ontario et au Québec, l'élargissement de la zone de couverture de notre service Télé Fibe, l'amélioration des systèmes de service à la clientèle, la poursuite du lancement du réseau 4G LTE dans des marchés partout au Canada ainsi que l'ajout de nouveaux magasins Bell et La Source dans l'Ouest canadien, particulièrement.

Résultats de BCE
Les produits opérationnels de BCE se sont établis à 4 982 millions $ au troisième trimestre de 2012, en hausse de 1,5 % comparativement à 4 910 millions $ au troisième trimestre de 2011, du fait de l'augmentation de 1,8 % des produits des activités ordinaires de Bell et de la légère diminution des produits des activités ordinaires de Bell Aliant. Le BAIIA a progressé de 4,0 % ce trimestre pour s'établir à 2 019 millions $, grâce à l'augmentation du BAIIA de Bell reflétant les contributions importantes des Services sans fil de Bell et de Bell Média, atténuées par une baisse d'un exercice à l'autre chez Bell Aliant.

Les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles de BCE se sont établis à 1 589 millions $ au T3 2012, comparativement à 1 916 millions $ à la période correspondante de l'exercice précédent. Les flux de trésorerie disponibles pour les actionnaires ordinaires de BCE se sont établis à 684 millions $ au T3 2012, par rapport à 1 005 millions $ au T3 2011. Les réductions, d'un exercice à l'autre, s'expliquent principalement par le rattrapage en ce qui a trait au recouvrement des débiteurs au T3 2011 à la suite du règlement de la grève chez Postes Canada.

Le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires de BCE a diminué de 11,4 % au T3 2012, s'établissant à 569 millions $, ou 0,74 $ par action, comparativement à 642 millions $, ou 0,83 $ par action, à l'exercice précédent. La diminution du bénéfice d'un exercice à l'autre est imputable au règlement favorable de questions fiscales au T3 2011, à la dotation accrue à l'amortissement des immobilisations corporelles ainsi qu'à l'accroissement de la charge d'intérêts, et elle a été partiellement compensée par l'augmentation du BAIIA et la diminution des coûts liés aux indemnités de départ, aux acquisitions et autres.

Le bénéfice ajusté de BCE s'est établi à 0,76 $ au T3 2012, contre 0,93 $ à l'exercice précédent. Malgré la solide croissance du BAIIA ce trimestre, la diminution est imputable au règlement favorable de questions fiscales au T3 2011, ce qui ne s'est pas répété cette année.

Faits saillants financiers            
(en millions $, sauf les montants par action) (non audité)   T3 2012   T3 2011   % de
variation
Bell (i)            
Produits opérationnels   4 392   4 313   1,8 %
BAIIA   1 688   1 605   5,2 %
BCE            
Produits opérationnels   4 982   4 910   1,5 %
BAIIA   2 019   1 941   4,0 %
Bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires   569   642   (11,4) %
BPA   0,74   0,83   (10,8) %
BPA ajusté   0,76   0,93   (18,3) %
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles   1 589   1 916   (17,1) %
Flux de trésorerie disponibles   684   1 005   (31,9) %
(i)  Bell comprend les secteurs Services sans fil de Bell, Services sur fil de Bell et Bell Média.


Services sans fil de Bell
Les Services sans fil de Bell ont continué d'intensifier le rythme de leurs activités opérationnelles au T3 2012, clôturant un autre trimestre hautement rentable marqué par la croissance du BAIIA, l'expansion des marges et l'augmentation des flux de trésorerie, ainsi que par le nombre substantiel d'activations d'abonnés des services postpayés, la pénétration accrue des téléphones intelligents et la hausse du PMU combiné découlant de la forte croissance de l'utilisation du service de transmission de données mobile.

  • Les produits opérationnels des Services sans fil de Bell ont augmenté de 7,1 % au troisième trimestre de 2012 pour s'établir à 1 434 millions $. Les produits tirés des services ont augmenté de 6,4 % pour s'établir à 1 307 millions $, en raison de l'accroissement de la clientèle d'abonnés des services postpayés et de la croissance de l'utilisation des services de données sans fil. Les produits opérationnels tirés des produits ont augmenté de 10,8 % ce trimestre pour s'établir à 113 millions $, en raison de l'augmentation du pourcentage de ventes de téléphones intelligents.
  • Le PMU combiné a augmenté de 4,2 % au T3 2012 pour s'établir à 57,30 $ par mois, contre 55,01 $ par mois au T3 2011, ce qui s'explique par le nombre accru d'abonnés des services postpayés, la proportion plus importante d'abonnés des services postpayés utilisant un téléphone intelligent, ce qui a permis la croissance des produits tirés du service de données mobile de 29,5 %, et le nombre plus important d'abonnés des services postpayés de l'Ouest canadien, qui génèrent un PMU plus élevé.
  • Le nombre d'utilisateurs de téléphones intelligents représentait 60 % du total des abonnés des services postpayés à la fin du T3, comparativement à 43 % à l'exercice précédent.
  • Le BAIIA des Services sans fil de Bell s'est élevé à 554 millions $ au troisième trimestre, en hausse de 15,2 %, soit le taux de croissance le plus rapide des cinq derniers exercices pour un T3. Cette augmentation est principalement attribuable à la progression de 7,1 % des produits opérationnels tirés des services sans fil et aux coûts opérationnels qui se sont accrus de 2,6 %, ce qui reflète le contrôle rigoureux des dépenses relatives à l'acquisition d'abonnés des services postpayés et à leur fidélisation.
  • La marge du BAIIA en pourcentage des produits tirés des services sans fil a augmenté de 3,2 points de pourcentage pour s'établir à 42,4 % au T3, ce qui est attribuable à l'effet considérable des produits tirés des services et au contrôle des coûts.
  • Le coût d'acquisition par activation brute a augmenté pour s'établir à 397 $, une hausse de seulement 1,3 % par rapport au T3 2011, en raison de l'accroissement des dépenses de publicité et des frais liés aux ventes.
  • Les activations brutes de services postpayés ont légèrement augmenté pour s'établir à 372 574 ce trimestre, contre 372 346 au T3 2011. Les activations dans l'Ouest canadien ont augmenté en raison du nombre accru de points de distribution et de l'augmentation au chapitre de la publicité, malgré le fait que certains clients ont reporté leur achat dans l'attente du lancement de l'iPhone 5 d'Apple le 21 septembre.
  • Les activations brutes de services prépayés ont diminué de 23,0 % pour s'établir à 118 122, principalement à cause des offres de recrutement accrocheuses des concurrents pour recruter des abonnés générant un PMU moindre et du fait que Bell continue de miser sur l'acquisition d'abonnés des services postpayés.
  • Le taux de désabonnement combiné a diminué pour s'établir à 1,6 % ce trimestre, alors qu'il était de 2,0 % au T3 2011. Le taux de désabonnement des services postpayés s'est replié à 1,2 %, alors qu'il était de 1,5 %, ce qui reflète l'incidence positive de nos dépenses relatives à la fidélisation de la clientèle et les taux moindres de désactivation du service pour les téléphones intelligents comparativement à d'autres types d'appareils. Le taux de désabonnement des services prépayés a diminué, passant de 3,9 % à 3,3 %, du fait que les désactivations d'abonnés ont été moindres.
  • Les activations nettes de services postpayés ont augmenté de 17,1 % ce trimestre pour s'établir à 148 502, contre 126 854 au T3 2011, alors que les pertes nettes d'abonnés des services prépayés ont diminué pour s'établir à 18 738 au T3 2012, contre 41 105 à l'exercice précédent.
  • La clientèle des Services sans fil de Bell totalisait 7 576 027 abonnés à la fin du T3 2012, une augmentation de 2,8 % par rapport à l'exercice précédent.
  • Bell continue d'offrir à ses clients l'accès au plus important réseau 4G LTE au Canada, accessible dorénavant à plus de 61 % des Canadiens sur plus de 40 marchés dans 7 provinces et territoires. Le réseau LTE complémente le réseau 4G HSPA+ de Bell et le réseau 4G HSPA+ DC (à deux canaux) amélioré, couvrant d'un océan à l'autre plus de 97 % et plus de 83 % de la population canadienne, respectivement.
  • Bell a lancé plusieurs nouveaux modèles de téléphones intelligents, dont le iPhone 5 d'Apple, le ATRIX HD LTE et le RAZR V de Motorola, ainsi que le point d'accès Internet Turbo 763 4G LTE de Sierra Wireless.

Services sur fil de Bell
Les activations de Bell Télé Fibe ont continué d'accélérer ce trimestre, générant la croissance des services Bell Internet Fibe et Bell Téléphonie ainsi qu'une forte croissance des produits tirés des services de données résidentiels. Cette amélioration a contribué à freiner la baisse continue des produits tirés des services voix traditionnels et à compenser la performance opérationnelle de Bell Marchés Affaires, laquelle a continué de subir les contrecoups des pressions de la concurrence visant à faire modifier les prix et de la contraction des dépenses des clients en raison de la faiblesse de l'économie. Malgré la diminution du BAIIA des services sur fil d'un exercice à l'autre, les marges se sont maintenues à un niveau conforme au plan, soit à 39,0 %, ce qui reflète la diminution des coûts opérationnels dans les services sur fil découlant du contrôle rigoureux des coûts et d'initiatives en vue de l'amélioration de la productivité.

  • Les produits tirés des Services sur fil de Bell ont totalisé 2 505 millions $, en baisse de 4,0 % par rapport au T3 2011. La diminution reflète la baisse des produits tirés des services locaux et d'accès, des services interurbains et des équipements et autres, compensée par la légère augmentation des produits tirés des services de données d'un exercice à l'autre.
  • Les produits tirés des services de données ont augmenté de 0,1 % pour s'établir à 1 386 millions $, principalement du fait de la hausse des produits tirés des services de télévision, qui découle de la forte croissance du nombre d'abonnés du service Télé Fibe.
  • Les produits tirés des services locaux et d'accès ont diminué de 7,9 % pour s'établir à 654 millions $. La clientèle totale des SAR à la fin du trimestre était de 5 768 609, ce qui représente une diminution de 7,0 % d'un exercice à l'autre, imputable à l'intensification de la concurrence et à une réduction des lignes d'accès et des circuits numériques, les clients continuant de se tourner vers les technologies sans fil et IP.
  • Les produits tirés des services interurbains ont diminué de 13,9 %, s'établissant à 192 millions $. La diminution d'un exercice à l'autre reflète la baisse des minutes de conversation par les abonnés résidentiels et d'affaires, en raison des pertes d'abonnés des SAR et du phénomène de substitution technologique, des pressions continues sur les prix et des ventes moindres de minutes de conversations interurbaines globales.
  • Les produits tirés des équipements et autres ont diminué de 8,0 % pour s'établir à 195 millions $, en raison principalement de la diminution d'un exercice à l'autre des ventes d'équipements de télécommunications filaires traditionnels, des offres promotionnelles sur les boîtiers décodeurs des services de télé et de la diminution des ventes d'équipements électroniques grand public à La Source.
  • Le BAIIA des Services sur fil de Bell s'est établi à 978 millions $, en baisse de 6,2 % d'un exercice à l'autre, du fait de la diminution des produits opérationnels, en partie compensée par une amélioration au chapitre des coûts opérationnels, soit de 2,6 %. La marge du BAIIA s'est établie à 39,0 % ce trimestre, comparativement à 40,0 % au T3 2011.
  • Les activations nettes de services de télé ont totalisé 15 846, contre 26 169 au T3 2011. Bell Télé Fibe a ajouté 42 973 nouveaux abonnés nets, comparativement à 20 297 abonnés au troisième trimestre de 2011. Le service Bell Télé Fibe a franchi la barre des 200 000 abonnés ce trimestre, la zone de couverture de ce service rejoignant plus de 2,8 millions de foyers à la fin du T3. Par contre, le nombre d'activations nettes de services de télé par satellite a baissé, à cause du lancement de la télé IP par des fournisseurs de services concurrents, des offres accrocheuses en vue de la conversion lancées par nos concurrents dans la câblodistribution et de la migration de clients de Bell à Télé Fibe.
  • Le nombre d'abonnés de Bell Télé totalisait 2 136 765 à la fin du T3, ce qui représente une augmentation de 2,9 % d'un exercice à l'autre.
  • Bell a ajouté 13 416 nouveaux abonnés nets des services Internet haute vitesse au T3, comparativement à une perte nette de 101 abonnés à l'exercice précédent. Cette augmentation reflète l'effet d'implantation ascendante des offres de forfaits incluant le service Télé Fibe, les offres concurrentielles enrichies et l'expansion continue du réseau de fibre à large bande, tous ces éléments ayant contribué à la diminution du taux de désabonnement d'un exercice à l'autre.
  • Les pertes nettes au chapitre des SAR au troisième trimestre de 2012 ont diminué pour s'établir à 109 280, contre des pertes nettes de 110 629 au troisième trimestre de 2011, ce qui représente des pertes d'abonnés résidentiels des SAR de 84 540, soit une baisse de 11,3 % par rapport au dernier exercice, Bell continuant de réduire le mouvement des abonnés résidentiels des SAR dans les zones où sont offerts les services Télé Fibe. Les pertes d'abonnés d'affaires ont augmenté pour se chiffrer à 24 740, contre 15 362 au T3 2011.

Bell Média
Bell Média a enregistré une solide performance financière et opérationnelle ce trimestre, grâce à l'augmentation des produits tirés des frais d'abonnement en raison des tarifs, établis en fonction du marché, imposés aux distributeurs de radiodiffusion pour certains services de Bell Média spécialisés dans les sports ainsi que dans des domaines autres que les sports, et à la hausse des produits tirés des activités de radiodiffusion liées aux Jeux de Londres 2012.

  • Les produits opérationnels de Bell Média ont augmenté de 25,5 % ce trimestre, s'établissant à 546 millions $, contre 435 millions $ à l'exercice précédent.
  • En excluant les Jeux olympiques, les ventes de publicité au T3 dans l'ensemble des propriétés télévisuelles, des stations de radio et des propriétés de médias numériques de Bell Média ont continué de subir l'incidence d'un marché publicitaire moins dynamique, étant donné que l'économie tarde à redémarrer.
  • Le BAIIA de Bell Média a augmenté de 92,6 % pour s'établir à 156 millions $, contre 81 millions $ au T3 2011, du fait de l'augmentation des produits opérationnels et de la diminution de l'ensemble des coûts opérationnels.
  • L'incidence financière du lockout dans la LNH a été négligeable ce trimestre.
  • CTV a clôturé la saison avec un plus grand nombre d'émissions parmi les 20 émissions les plus écoutées au Canada que ses concurrents, selon les principales données démographiques pour la période d'évaluation estivale.
  • Au T3, les sites Web de Bell Média ont diffusé plus de 177 millions de vidéos, accueilli plus de 3,5 millions de visiteurs uniques en moyenne chaque mois et cumulé 121 milliards de pages consultées.

Mise à jour sur Astral
Le 18 octobre, à la suite des nombreuses audiences publiques tenues dans la semaine du 10 septembre 2012, le CRTC refusait la demande de BCE concernant l'acquisition d'Astral Media, une entreprise de Montréal. Le 22 octobre, BCE a demandé au Cabinet fédéral d'obliger le CRTC, par la voie d'instructions, à suivre ses politiques existantes lorsqu'il examine des acquisitions d'entreprises de radiodiffusion. BCE a annoncé son projet d'acquisition d'Astral d'un montant de 3,38 milliards $ le 16 mars 2012 et la transaction a été approuvée par plus de 99 % des actionnaires d'Astral et par la Cour supérieure du Québec. Si le CRTC maintient sa décision, l'une des conditions de clôture pour l'acquisition d'Astral par BCE ne sera pas remplie et il sera impossible de procéder à la transaction. La transaction doit également être approuvée par le Bureau de la concurrence. Le 25 octobre, Astral a annoncé la prolongation de la date limite jusqu'au 16 décembre 2012; BCE et Astral ont toutes deux le droit de reporter à nouveau la date limite au 15 janvier 2013.

Conclusion de la transaction visant Maple Leaf Sports & Entertainment (MLSE)
Le 22 août 2012, la vente de la participation du Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario dans MLSE à BCE, au Fonds Unitaire BCE et à Rogers Communications a été conclue. Les contributions financières combinées de BCE (398 millions $) et du Fonds Unitaire BCE (135 millions $) représentent une participation totale de 37,5 % dans MLSE, soit une participation égale à celle de Rogers. L'acquisition garantit à Bell un accès aux droits de diffusion télé, mobile, numérique en ligne et radio des équipes de sports professionnels de premier plan évoluant dans le plus grand marché au Canada, dont notamment les Raptors, les Maple Leafs et les Marlies de Toronto, ainsi que l'équipe de soccer Toronto FC. MLSE détient également d'importants actifs immobiliers et de divertissement, y compris le Centre Air Canada et le complexe commercial et d'appartements en copropriété Maple Leaf Square, exploite des chaînes de télévision spécialisée dans les sports et est le partenaire exclusif de la NBA au Canada.

Conclusion de l'acquisition de Q9 Networks
Le 17 octobre 2012, un groupe d'investisseurs comprenant BCE, le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario, Providence Equity Partners LLC et Madison Dearborn Partners LLC a annoncé la conclusion de son acquisition du principal centre de données canadien, Q9 Networks Inc., pour 1,1 milliard $. Parallèlement à la clôture de l'acquisition, BCE et ses partenaires ont réglé les procédures relatives à l'indemnité de rupture inverse amorcées en 2008 par suite de la résiliation de la proposition de transformation de BCE en société fermée. En vertu de ce règlement, BCE s'est vu octroyer une certaine contrepartie, dont une participation accrue dans Q9 et une option lui permettant d'acquérir dans l'avenir la totalité de la participation de ses partenaires à une évaluation avantageuse, lui procurant ainsi une voie vers l'acquisition complète de Q9.

Bell et le Cirque du Soleil s'associent pour former une nouvelle entreprise québécoise de développement de contenu
Le 28 août 2012, Bell et le Cirque du Soleil ont annoncé la formation d'une nouvelle coentreprise en vue de développer du contenu média québécois destiné aux plateformes de télévision, de cinéma, de jeu et autres plateformes numériques. Orientée sur le développement de projets de divertissement qui seront vendus et distribués sous licence dans le monde entier, la coentreprise constitue un autre élément de la stratégie d'investissement de Bell dans le développement et la distribution de contenu québécois. Le Cirque du Soleil apportera à ce partenariat sa filmothèque de contenu ainsi que ses projets en cours.

Le point sur l'initiative en santé mentale Bell Cause pour la cause
Au cours de sa deuxième année d'existence, le Fonds communautaire Bell Cause pour la cause a annoncé qu'il distribuerait plus de 1 million $ en dons à 60 organismes communautaires, œuvres de bienfaisance et hôpitaux partout au pays. Le Fonds offre des dons allant de 5 000 $ à 50 000 $ pour appuyer les initiatives locales qui ont pour but d'améliorer l'accessibilité des soins de santé mentale. De plus, Bell a présenté la plus importante activité de financement au profit de la santé mentale au Québec, le Bal des lumières, qui aura lieu le 20 mars 2013 au Centre Bell de Montréal. Constituant un partenariat entre Bell, CGI, les Canadiens de Montréal et la Banque Nationale, cet événement vise à recueillir des fonds pour la Fondation des maladies mentales du Québec, la Fondation de l'Hôpital Louis-H. Lafontaine et la Fondation de l'Institut universitaire en santé mentale Douglas. Le 11 octobre, l'événement annuel de Bell pour venir en aide au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) a permis d'amasser un montant de 1,5 million $ pour appuyer ce centre de traitement et de recherche de renommée mondiale situé à Toronto. Bell continue d'offrir son soutien aux Forces canadiennes à titre de commanditaire principal du banquet de la fondation la Patrie gravée sur le cœur, qui a lieu ce soir à Toronto. Bell est le commanditaire de cet événement depuis trois ans et les fonds qu'elle recueille sont directement investis dans des programmes qui visent à gérer les difficultés en matière de santé mentale que vivent les membres des Forces canadiennes et leur famille.

Bell Aliant Communications régionales
Les produits des activités ordinaires de Bell Aliant ont diminué de 0,3 % pour s'établir à 698 millions $ au troisième trimestre de 2012, reflétant l'érosion continue au chapitre de ses services voix traditionnels d'affaires, partiellement contrebalancée par l'augmentation des produits découlant de la croissance dans les services Internet, de données, de télé et sans fil, ainsi que par l'augmentation des ventes d'équipements et autres. Le BAIIA de Bell Aliant a diminué de 1,5 %, s'établissant à 331 millions $, en raison du recul des produits opérationnels et de la légère augmentation des coûts opérationnels.

Dividende sur les actions ordinaires
Le conseil d'administration de BCE a déclaré un dividende trimestriel de 0,5675 $ par action ordinaire, payable le 15 janvier 2013 aux actionnaires inscrits à la fermeture des bureaux le 14 décembre 2012.

Perspectives
L'orientation financière de BCE pour 2012, présentée le 9 février 2012, révisée le 8 août 2012 et reconfirmée le 1er novembre 2012, se présente comme suit :

             
Orientation pour 2012   Orientation
présentée le
9 février
  Orientation
présentée le
8 août
  Prévisions
actuelles sur
l'orientation
Bell (i)            
Croissance des produits des activités ordinaires   3 % à 5 %   Extrémité
inférieure
  Sur la bonne voie
Croissance du BAIIA   2 % à 4 %   Extrémité
supérieure
  Sur la bonne voie
Intensité du capital   ≤16 %   ~16 %   Sur la bonne voie
BCE            
BPA ajusté (ii)   3,13 $ à 3,18 $   3,15 $ à 3,20 $   Sur la bonne voie
Flux de trésorerie disponibles (iii)   2,35 G$ à 2,5 G$   Inchangé   Sur la bonne voie
Dividende annuel par action ordinaire   2,17 $   2,27 $   Sur la bonne voie
Ratio de distribution (iv)            
  - BPA ajusté   approx. 69 %   Inchangé   Sur la bonne voie
  - Flux de trésorerie disponibles   approx. 69 %   Inchangé   Sur la bonne voie

(i) L'orientation financière de Bell pour 2012 concernant les produits des activités ordinaires, le BAIIA et l'intensité du capital exclut Bell Aliant.
(ii) Le BPA avant les coûts liés aux indemnités de départ, aux acquisitions et autres et les profits nets (pertes nettes) sur placements.
(iii) Les flux de trésorerie disponibles avant les dividendes sur les actions ordinaires et incluant les dividendes de Bell Aliant.
(iv) Calculé en utilisant le milieu de la fourchette de l'orientation pour le BPA ajusté et les flux de trésorerie disponibles de BCE pour 2012.


Conférence téléphonique à l'intention des analystes financiers
BCE tiendra une conférence téléphonique à l'intention des analystes financiers afin de traiter de ses résultats du troisième trimestre, le jeudi 1er novembre, à 8 h (heure de l'Est). Les journalistes sont invités à y assister à titre d'auditeurs seulement. Pour participer, composez le numéro sans frais 1-800-952-6845 ou le 416-695-7848. Une reprise sera disponible pendant une semaine, au 1-800-408-3053 ou au 905-694-9451 (composez le code d'identification 1375865#).

La conférence téléphonique fera également l'objet d'une webdiffusion en direct archivée sur le site Web de BCE à l'adresse : http://bce.ca/investisseurs/evenements-et-presentations/tous/show/bce-q3-2012-results-conference-call. Le fichier MP3 sera également disponible pour téléchargement sur cette page, peu de temps après la conférence.

Notes
L'information contenue dans le présent communiqué est non auditée.

(1)

Le terme BAIIA n'a pas de définition normalisée en vertu des IFRS. Il est donc peu probable qu'il puisse être comparé avec des mesures similaires présentées par d'autres entreprises. Nous définissons le BAIIA comme les produits opérationnels moins les coûts opérationnels, tel qu'il est présenté dans les comptes consolidés de résultat de BCE.

Le BAIIA des secteurs de BCE correspond au bénéfice sectoriel présenté à la note 3 des états financiers consolidés du T3 2012 de BCE.

Nous utilisons le BAIIA pour évaluer la performance de nos entreprises puisqu'il reflète leur rentabilité continue. Nous croyons que certains investisseurs et analystes utilisent le BAIIA pour évaluer la capacité d'une société d'assurer le service de sa dette et de satisfaire à d'autres obligations de paiement, et qu'il constitue une mesure courante servant à évaluer les entreprises dans l'industrie des télécommunications. Le BAIIA est également un facteur dans la détermination de la rémunération incitative à court terme pour l'ensemble des dirigeants. Il n'existe aucune mesure financière selon les IFRS directement comparable au BAIIA. Pour remédier à la situation, le tableau suivant présente un rapprochement du bénéfice net et du BAIIA.

(en millions de dollars canadiens)        
    T3 2012   T3 2011
Bénéfice net   689   736
Coûts liés aux indemnités de départ, aux acquisitions et autres   24   130
Amortissement des immobilisations corporelles   674   628
Amortissement des immobilisations incorporelles   180   180
  Charges financières        
  Charge d'intérêts   223   210
Intérêt lié aux obligations au titre des avantages du personnel   243   247
Rendement attendu des actifs des régimes de retraite   (267)   (259)
Autres charges (produits)   5   (11)
Impôt sur le résultat   248   80
BAIIA   2 019   1 941

(2)


Les termes bénéfice net ajusté et BPA ajusté n'ont pas de définition normalisée en vertu des IFRS. Il est donc peu probable qu'ils puissent être comparés avec des mesures similaires présentées par d'autres entreprises.

Nous définissons le bénéfice net ajusté comme le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires avant les coûts liés aux indemnités de départ, aux acquisitions et autres et les (profits nets) pertes nettes sur placements. Nous définissons le BPA ajusté comme le bénéfice net ajusté par action ordinaire de BCE.

Nous utilisons le bénéfice net ajusté et le BPA ajusté, entre autres mesures, pour évaluer la performance de nos activités, avant l'incidence des coûts liés aux indemnités de départ, aux acquisitions et autres, et des (profits nets) pertes nettes sur placements, déduction faite de l'impôt et de la participation ne donnant pas le contrôle. Nous excluons ces éléments parce qu'ils ont une influence sur la comparabilité de nos résultats financiers et peuvent éventuellement donner une fausse représentation de l'analyse des tendances en matière de rendement de l'entreprise. Le fait d'exclure ces éléments ne veut pas dire qu'ils sont non récurrents.

Les mesures financières selon les IFRS les plus comparables sont le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires et le BPA. Le tableau ci-après présente un rapprochement du bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires et du BPA avec le bénéfice net ajusté, préparé sur une base consolidée et par action ordinaire de BCE (BPA ajusté), respectivement.

(en millions de dollars canadiens, sauf les montants par action)
    T3 2012   T3 2011
    TOTAL   PAR
ACTION
  TOTAL   PAR
ACTION
Bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires   569   0,74   642   0,83
Coûts liés aux indemnités de départ, aux acquisitions et autres   19   0,02   82   0,10
Bénéfice net ajusté   588   0,76   724   0,93

(3)



Le terme flux de trésorerie disponibles n'a pas de définition normalisée en vertu des IFRS. Il est donc peu probable qu'il puisse être comparé avec des mesures similaires présentées par d'autres entreprises.

Nous définissons les flux de trésorerie disponibles comme les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles, déduction faite des coûts liés aux acquisitions payés, et les dividendes/distributions reçu(e)s de Bell Aliant, moins les dépenses d'investissement, les dividendes sur actions privilégiées, les dividendes/distributions payé(e)s par des filiales aux actionnaires n'ayant pas le contrôle et les flux de trésorerie disponibles de Bell Aliant.

Nous considérons les flux de trésorerie disponibles comme un important indicateur de la solidité financière et du rendement de nos activités, car ils révèlent le montant des fonds disponibles pour rembourser la dette et réinvestir dans notre société. Nous présentons les flux de trésorerie disponibles de manière uniforme d'une période à l'autre, ce qui nous permet de comparer notre performance financière de manière constante.

Nous croyons que certains investisseurs et analystes utilisent les flux de trésorerie disponibles pour évaluer une entreprise et ses actifs sous-jacents.

Les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles sont la mesure financière selon les IFRS la plus comparable. Le tableau ci-après présente un rapprochement des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles et des flux de trésorerie disponibles, sur une base consolidée.

(en millions de dollars canadiens)        
    T3 2012   T3 2011
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles   1 589   1 916
Dividendes/distributions de Bell Aliant à BCE   48   48
Dépenses d'investissement   (832)   (814)
Dividendes en espèces payés sur actions privilégiées   (27)   (31)
Dividendes/distributions en espèces payé(e)s par des filiales aux actionnaires n'ayant pas le contrôle   (85)   (75)
Coûts liés aux acquisitions payés   39   7
Flux de trésorerie disponibles de Bell Aliant   (48)   (46)
Flux de trésorerie disponibles   684   1 005


Mise en garde concernant les déclarations prospectives
Certaines déclarations faites dans le présent communiqué, y compris, sans s'y limiter, des déclarations concernant notre orientation financière pour 2012 (ce qui comprend les produits des activités ordinaires, le BAIIA, l'intensité du capital, le BPA ajusté, les flux de trésorerie disponibles et les ratios de distribution); nos perspectives commerciales; nos objectifs; nos plans et nos priorités stratégiques; les objectifs de BCE en matière de dividende annuel par action ordinaire; la réalisation de l'acquisition proposée par BCE d'Astral Media inc. (Astral); nos plans de déploiement pour les réseaux sans fil 4G LTE, des services Télé Fibe et de fibre à large bande; ainsi que d'autres déclarations qui ne sont pas des faits historiques, constituent des déclarations prospectives. Les déclarations prospectives peuvent recourir à des termes comme viser, s'attendre à, hypothèse, croire, prévoir, but, orientation, avoir l'intention de, objectif, perspective, planifier, chercher à, stratégie, aspirer à, cible, ainsi qu'à des temps et à des modes comme le futur et le conditionnel. Toutes ces déclarations prospectives sont faites conformément aux dispositions refuges prévues dans les lois canadiennes applicables en matière de valeurs mobilières et dans la loi américaine intitulée Private Securities Litigation Reform Act of 1995.

Les déclarations prospectives, du fait même de leur nature, font l'objet de risques et d'incertitudes intrinsèques et reposent sur plusieurs hypothèses, tant générales que précises, donnant lieu à la possibilité que les résultats ou les événements réels diffèrent de façon importante des attentes exprimées ou sous-entendues dans ces déclarations prospectives. Par conséquent, nous ne pouvons garantir la réalisation des déclarations prospectives et nous mettons en garde le lecteur contre le risque d'accorder une confiance sans réserve à ces déclarations prospectives. Les déclarations prospectives qui figurent dans le présent communiqué décrivent nos attentes en date du 1er novembre 2012 et, par conséquent, pourraient changer après cette date. Sauf dans la mesure où les lois canadiennes en matière de valeurs mobilières l'exigent, nous ne nous engageons aucunement à mettre à jour ou à réviser les déclarations prospectives figurant dans le présent communiqué, même à la suite de l'obtention de nouveaux renseignements ou de l'occurrence d'événements futurs, ni pour toute autre raison. Sauf indication contraire de BCE, les déclarations prospectives ne tiennent pas compte de l'effet potentiel d'éléments non récurrents ou d'autres éléments exceptionnels, ni de cessions, de monétisations, de fusions, d'acquisitions, d'autres regroupements d'entreprises ou d'autres transactions qui pourraient être annoncés ou survenir après le 1er novembre 2012. L'incidence financière de ces transactions, de ces éléments non récurrents ou d'autres éléments exceptionnels peut s'avérer complexe et dépend des faits particuliers à chacun d'eux. Nous ne pouvons donc décrire de manière significative l'incidence prévue ni la présenter de la même façon que les risques connus touchant nos activités. Les déclarations prospectives sont présentées dans le but de donner de l'information sur les attentes et les plans actuels de la direction, en particulier pour 2012, et de permettre aux investisseurs et à d'autres parties de mieux comprendre le contexte dans lequel nous prévoyons exercer nos activités. Le lecteur est donc mis en garde contre le fait que cette information pourrait ne pas convenir à d'autres fins.

Hypothèses importantes
Un certain nombre d'hypothèses relatives à l'économie, au marché et aux activités opérationnelles et d'hypothèses financières ont été formulées par BCE dans la préparation de ses déclarations prospectives pour 2012 contenues dans le présent communiqué, y compris, sans s'y limiter :

Hypothèses relatives à l'économie et au marché canadiens

  • La croissance de l'économie canadienne de 2,2 % en 2012 selon la plus récente estimation de la Banque du Canada, soit une hausse de 10 points de base comparativement à l'estimation antérieure de 2,1 %;
  • la faiblesse des ventes de produits qui se poursuit, ce qui reflète le fait que les clients d'affaires reportent leurs dépenses étant donné la lenteur de la croissance économique;
  • un marché publicitaire qui demeure moins dynamique pour Bell Média;
  • un niveau de concurrence intense et continu dans le marché résidentiel et le marché des affaires des services sur fil;
  • une augmentation des remplacements de services sur fil, principalement en raison de l'intensification du phénomène de substitution technologique par le sans-fil et les services Internet;
  • la croissance de 4 à 5 points de base du taux de pénétration du marché du sans-fil, en 2012, surtout en raison de l'intensification de la concurrence, de l'adoption croissante des téléphones intelligents, des tablettes et des applications de données, ainsi que du lancement d'un plus grand nombre d'appareils utilisant la technologie LTE.

Hypothèses relatives aux activités opérationnelles concernant les Services sur fil de Bell (sauf Bell Aliant)

  • La stabilisation du taux d'érosion des SAR résidentiels, à mesure que nous tirons parti de nos investissements dans les réseaux à large bande pour la télé IP pour accroître la pénétration des trois produits par foyer, étendre notre part du marché des immeubles à logements multiples et générer des tarifs plus élevés pour les ventes complémentaires de services Internet et de téléphonie résidentiels;
  • en particulier, la contribution des programmes de fidélisation ciblés et des offres de services groupés, des initiatives visant la reconquête de clients et d'une meilleure prestation du service à l'amélioration au chapitre des pertes des SAR résidentiels d'un exercice à l'autre, contribution qui est par ailleurs exposée au risque lié aux offres de services groupés encore plus accrocheuses lancées par nos concurrents dans la câblodistribution ainsi qu'aux campagnes de commercialisation lancées par les nouveaux concurrents dans le secteur du sans-fil, qui pourraient faire augmenter le nombre de pertes d'abonnés résidentiels des SAR;
  • l'augmentation des acquisitions d'abonnés de Bell Télé générée par les clients de plus en plus nombreux à opter pour le service Télé Fibe ainsi que par notre capacité de faire des gains supplémentaires sur le marché des immeubles à logements multiples, de mettre à profit notre vaste réseau de distribution au détail, qui comprend La Source, et de mettre à profit notre position de chef de file du secteur de la programmation haute définition (HD);
  • la hausse des acquisitions d'abonnés de Bell Internet générée par l'implantation ascendante du service Télé Fibe et l'adoption croissante des forfaits Internet Fibe à mesure que nous tirons parti de notre réseau de fibre à large bande en expansion pour offrir un service à plus haute vitesse aux clients dans de plus nombreuses régions;
  • l'amélioration graduelle du rendement de notre unité Marchés Affaires sur le plan commercial en 2012 découlant de la progression des dépenses des clients en matière de TIC liée à la reprise de l'économie, lequel est exposé au risque lié aux stratégies axées sur la prudence adoptées par les clients d'affaires, ce qui pourrait limiter les besoins en matière de dépenses d'investissement, entraîner le report des projets de TIC et augmenter l'érosion au chapitre des SAR;
  • les économies de coûts et l'amélioration de l'efficience de la main-d'œuvre réalisées grâce à la réduction des postes de cadres, à la diminution des coûts liés aux services de soutien, à la renégociation de contrats avec nos fournisseurs et des fournisseurs externes, à l'amélioration de la productivité des employés du service à la clientèle et des services extérieurs, à la gestion des coûts relatifs au contenu et à la réduction du trafic non acheminé par notre propre réseau;
  • la poursuite de la migration des clients vers les systèmes IP et les pressions de la concurrence visant à modifier les prix dans nos marchés d'affaires et de gros;
  • l'augmentation de l'apport au BAIIA provenant des services de croissance;
  • le nombre approximatif de 3,3 millions de foyers prêts à recevoir le service Bell Télé Fibe d'ici la fin de 2012.

Hypothèses relatives aux activités opérationnelles concernant les Services sans fil de Bell (sauf Bell Aliant)

  • Les Services sans fil de Bell profiteront de la portée concrète des investissements importants effectués en 2011 dans l'acquisition d'abonnés et la fidélisation de la clientèle, ainsi que de la croissance continue au chapitre des activations de téléphones intelligents et de l'utilisation des services de données;
  • les entreprises titulaires et les nouveaux venus dans le secteur du sans-fil continueront d'exercer une vive concurrence en 2012, et les nouveaux venus dans le secteur du sans-fil continueront d'accroître l'ampleur et le rayonnement de leurs réseaux, d'élargir leur rayonnement au chapitre de la distribution et d'étoffer leurs portefeuilles d'appareils;
  • les produits tirés de nos services sans fil découleront du PMU tiré d'une plus grande diversité de téléphones intelligents et d'un nombre plus élevé d'abonnés des services postpayés, qui génèrent une valeur plus élevée, d'une plus grande distribution dans l'Ouest canadien, des nouveaux services et du maintien d'une gestion prudente des tarifs;
  • les Services sans fil de Bell tireront parti des perfectionnements technologiques constants apportés par les fabricants de nos combinés et appareils et de l'accélération des vitesses de transmission, qui permettent à nos clients d'optimiser l'utilisation de nos services;
  • le maintien d'une part raisonnable des Services sans fil de Bell du marché des services postpayés dans le sans-fil pour les entreprises titulaires;
  • l'augmentation des coûts d'acquisition d'abonnés et de fidélisation de la clientèle, ainsi que la poursuite du déploiement de notre réseau sans fil LTE dans les marchés urbains et la capacité de tirer parti de notre réseau d'accès haute vitesse sans fil au réseau à commutation de paquets rehaussé (réseau HSPA+).

Hypothèses relatives aux activités opérationnelles concernant Bell Média

  • L'établissement et le maintien d'ententes stratégiques quant à l'approvisionnement en contenu sur quatre écrans, l'acquisition fructueuse d'émissions à cotes d'écoute élevées et de contenu différencié pour mettre en œuvre la stratégie de Bell sur le contenu multiécrans, la production et la mise en service d'un contenu canadien de grande qualité ainsi que la production de nouvelles occupant la première place sur le marché;
  • la croissance des produits tirés de nos activités de services spécialisés stimulée par les tarifs, établis en fonction du marché, imposés aux distributeurs de radiodiffusion;
  • la hausse des coûts à engager pour obtenir le contenu lié aux activités de radiodiffusion des sports, dans la foulée de la concurrence de plus en plus vive livrée tant par les nouveaux venus que par les concurrents déjà établis et de la hausse normale des tarifs du marché pour le contenu de la télévision spécialisée;
  • l'investissement dans la programmation et la commercialisation, jumelé à l'investissement continu dans les services haute définition;
  • le maintien de notre position avantageuse sur le marché pour ce qui est de nos activités de radiodiffusion en tirant parti des investissements stratégiques que nous avons effectués en 2011;
  • la réalisation de gains au chapitre de la productivité et d'autres mesures d'efficience opérationnelle relativement aux synergies réalisées à la suite de l'intégration de Bell Média.

Hypothèses financières concernant Bell (sauf Bell Aliant) et BCE

  • Une estimation du total des charges au titre des régimes d'avantages du personnel de Bell d'environ 90 millions $, fondée sur un taux d'actualisation comptable estimatif de 5,1 % et un rendement attendu de l'actif des régimes de 6,75 %, qui se compose d'un coût estimatif des services rendus au titre des régimes d'avantages du personnel supérieur au BAIIA d'environ 170 millions $ et d'un rendement estimatif net des régimes d'avantages du personnel inférieur au BAIIA d'environ 100 millions $;
  • des besoins de capitalisation des régimes de retraite de Bell totalisant environ 375 millions $;
  • des impôts en espèces d'environ 300 millions $ pour Bell;
  • des intérêts nets versés d'environ 675 millions $;
  • une estimation du total des charges au titre des régimes d'avantages du personnel de BCE d'environ 150 millions $, comprenant un montant d'environ 60 millions $ lié à Bell Aliant, qui se compose d'un coût estimatif des services rendus au titre des régimes d'avantages du personnel supérieur au BAIIA d'environ 250 millions $ et d'un rendement estimatif net des régimes d'avantages du personnel inférieur au BAIIA d'environ 100 millions $;
  • une dotation aux amortissements supérieure d'environ 125 millions $ à celle de 2011;
  • des coûts liés aux indemnités de départ, aux acquisitions et autres d'environ 100 millions $;
  • un taux d'imposition effectif d'environ 22 %;
  • des ajustements fiscaux (par action) de 0,18 $;
  • un dividende annuel sur les actions ordinaires de 2,27 $ par action.

Les hypothèses qui précèdent, bien qu'elles aient été considérées comme raisonnables par BCE le 1er novembre 2012, pourraient se révéler inexactes. Par conséquent, nos résultats réels pourraient différer de façon importante de nos attentes, telles qu'elles sont énoncées dans le présent communiqué.

Risques importants
Les principaux facteurs de risque, en conséquence desquels nos hypothèses et nos estimations pourraient être inexactes et les résultats ou les événements réels pourraient différer de façon importante de ceux qui sont exprimés ou sous-entendus dans nos déclarations prospectives, y compris notre orientation financière pour 2012, sont énumérés ci-dessous. La réalisation de nos déclarations prospectives, y compris notre capacité à atteindre les résultats financiers cibles indiqués dans notre orientation financière pour 2012, dépend essentiellement du rendement de notre entreprise qui, à son tour, est assujetti à de nombreux risques. Par conséquent, le lecteur est mis en garde du fait que tous les risques suivants sont susceptibles d'avoir une incidence défavorable importante sur nos déclarations prospectives. Ces risques comprennent, sans s'y limiter :

  • l'intensité de l'activité de nos concurrents, y compris l'intensification de l'activité de ces derniers dans le sans-fil découlant de la présence de nouveaux venus dans le secteur du sans-fil et de leur capacité à réaliser l'expansion de leurs services, ainsi que l'incidence connexe sur notre capacité à conserver nos clients actuels et à en attirer de nouveaux, de même que sur nos stratégies d'établissement des prix, sur notre PMU et sur nos résultats financiers;
  • le rythme de substitution technologique, qui contribue à réduire l'utilisation des services voix sur fil traditionnels et à augmenter le nombre de foyers qui n'utilisent que les services de téléphonie sans fil;
  • l'adoption croissante par les clients des services de télé parallèles;
  • la variabilité des coûts d'acquisition d'abonnés et de fidélisation de la clientèle compte tenu du nombre d'acquisitions d'abonnés, du volume de fidélisation, des ventes de téléphones intelligents et des montants des subventions;
  • les initiatives ou les démarches réglementaires, les litiges et les modifications apportées aux lois ou aux règlements de même que les questions fiscales;
  • la conjoncture économique et les conditions du marché des capitaux, le niveau de confiance et des dépenses des consommateurs, la demande pour nos produits et services ainsi que les prix de ceux-ci;
  • notre capacité à mettre en œuvre nos stratégies et nos plans afin de produire les avantages attendus, y compris notre capacité à poursuivre la mise en œuvre de nos initiatives de réduction des coûts et à limiter l'intensité du capital tout en nous efforçant d'améliorer le service à la clientèle;
  • notre capacité à prévoir les changements technologiques et à nous y adapter, à mettre à niveau nos réseaux et à offrir rapidement de nouveaux produits et services;
  • notre incapacité à maintenir la performance opérationnelle de notre réseau, notamment en raison d'une augmentation importante de la demande pour les services à large bande et du volume du trafic des services de données sans fil;
  • les événements liés à la fonctionnalité de nos réseaux, de notre équipement, de nos installations, de nos systèmes de TI, de nos logiciels et de nos autres actifs, ainsi que notre capacité à les protéger, à les maintenir et à les remplacer;
  • notre incapacité à mettre en œuvre, dans les délais prescrits, ou à maintenir des systèmes de TI efficaces ainsi que la complexité de notre environnement de TI et les coûts qui s'y rapportent;
  • la complexité de notre gamme de produits et de nos plans tarifaires;
  • les événements ayant une incidence sur la capacité des tiers fournisseurs à nous fournir des produits et des services essentiels et notre capacité à acheter de tels produits et services;
  • la qualité de notre réseau et de l'équipement à l'intention des clients et la mesure dans laquelle ils peuvent être sujets à des défauts de fabrication;
  • une gestion du changement inefficace découlant de réorganisations et d'autres initiatives ainsi que de l'intégration d'unités d'affaires et de l'acquisition d'entreprises;
  • les cotisations accrues aux régimes d'avantages du personnel;
  • les interruptions de travail;
  • les niveaux de financement des dépenses d'investissement et autres, les exigences liées au financement et à la dette et notre capacité à mobiliser le capital nécessaire à la mise en œuvre de notre plan d'affaires, y compris en ce qui a trait aux paiements de dividendes de BCE ainsi qu'au financement des dépenses d'investissement et autres et, de façon générale, notre capacité à respecter nos obligations financières;
  • notre capacité à supprimer certains services traditionnels dans la mesure nécessaire pour améliorer la productivité du capital et l'efficience opérationnelle;
  • les risques liés au lancement des satellites utilisés par Bell ExpressVu, société en commandite, ou touchant ces satellites lorsqu'ils sont en orbite;
  • le vol de nos services de télévision par satellite;
  • la dépendance significative de Bell Média à l'égard d'une demande continue en publicité et l'incidence négative possible sur celle-ci des conditions économiques difficiles, des variations cycliques et saisonnières et des pressions concurrentielles;
  • l'incidence défavorable des nouvelles technologies et de la fragmentation accrue au sein des marchés de la télévision et de la radio de Bell Média;
  • l'augmentation potentielle des droits à payer par Bell Média en vertu de licences conformément à la Loi sur le droit d'auteur;
  • les préoccupations en matière de santé relatives aux émissions de radiofréquences par des appareils sans fil;
  • notre capacité à maintenir le service à la clientèle et à assurer le fonctionnement de nos réseaux si des catastrophes environnementales ou des épidémies, des pandémies et d'autres risques liés à la santé survenaient;
  • le maintien en poste des employés ainsi que leur rendement;
  • la dépendance de BCE quant à la capacité de ses filiales, coentreprises et autres sociétés dans lesquelles elle détient une participation de lui payer des dividendes ou de lui faire toute autre distribution;
  • l'impossibilité de garantir que des dividendes seront déclarés par le conseil d'administration de BCE ou que la politique de dividendes de BCE sera maintenue;
  • la volatilité des marchés boursiers;
  • la réalisation de l'acquisition d'Astral que nous avons proposée, laquelle est assujettie à des conditions de clôture, à des droits de résiliation et à d'autres risques et incertitudes, y compris, sans s'y limiter, à l'obtention des approbations réglementaires, dont celles du CRTC et du Bureau de la concurrence; par conséquent, rien ne garantit que la transaction proposée sera conclue, ou qu'elle sera conclue conformément aux modalités qui sont actuellement envisagées, ni que les avantages anticipés seront réalisés si la transaction devait se conclure.

Nous prévenons le lecteur que la liste de facteurs de risque qui précède n'est pas exhaustive et que d'autres facteurs pourraient avoir une incidence défavorable sur nos résultats.

Nous encourageons les investisseurs à lire également le rapport de gestion annuel 2011 de BCE, daté du 8 mars 2012 (inclus dans le rapport annuel 2011 de BCE), le rapport de gestion du premier trimestre 2012 de BCE, daté du 2 mai 2012, le rapport de gestion du deuxième trimestre 2012 de BCE, daté du 7 août 2012, ainsi que le rapport de gestion du troisième trimestre 2012 de BCE, daté du 31 octobre 2012, pour obtenir plus de détails au sujet de certains des facteurs de risque et hypothèses mentionnés et d'autres facteurs de risque et hypothèses, ces documents étant déposés par BCE auprès des commissions canadiennes des valeurs mobilières (disponibles au www.sedar.com) et de la Securities and Exchange Commission des États-Unis (disponibles au www.sec.gov). Ces documents sont également disponibles sur le site Web de BCE au www.bce.ca.

À propos de BCE
BCE est la plus grande entreprise de communications du Canada et fournit un ensemble complet et novateur de services de communications à large bande à ses clients de résidence et d'affaires, sous les marques Bell et Bell Aliant. Bell Média est la première entreprise canadienne de multimédias. Elle possède des actifs dans les secteurs de la télévision, de la radio et des médias numériques, y compris CTV, premier réseau de télévision du Canada, et les chaînes spécialisées les plus regardées au pays.

L'initiative en santé mentale de Bell est un programme de bienfaisance pluriannuel faisant la promotion de la santé mentale au Canada par l'intermédiaire de la campagne de lutte contre la stigmatisation Bell Cause pour la cause et du soutien des soins communautaires, de la recherche et des meilleures pratiques au travail. Pour en savoir plus, visitez le site Bell.ca/cause. Pour obtenir de l'information sur BCE, visitez le site BCE.ca. Pour de l'information sur les produits et services de Bell, visitez le site Bell.ca. Pour de l'information sur Bell Média, visitez le site BellMedia.ca.

 

 

SOURCE : BELL CANADA

Pour plus de renseignements:

Questions des médias :
Jean Charles Robillard
Bell, Communications
514-870-4739
jean_charles.robillard@bell.ca

Questions des investisseurs :
Thane Fotopoulos
Relations avec les investisseurs, BCE
514-870-4619
thane.fotopoulos@bell.ca